Lettre de démission de 2 cadres du PS pour le choix de la Raison

Denis Gouteux

Franck Rey                                                                                                     Arnac, le 23 mars 2016

Secrétaires fédéraux PS du Cantal

 

 

Premier Fédéral du Parti Socialiste cantalien

Rue Alexandre Pinard

15000 Aurillac

 

Cher Camarade, cher Philippe,

 

Depuis l’élection présidentielle de François Hollande, a-t-on le sentiment de vivre mieux ? A-t-on fait reculer la précarité ? A-t-on réorienté l’Europe ? A-t-on enclenché une réforme fiscale pour répartir les richesses efficacement ? A-t-on réformé les institutions politiques ? A-t-on relancé le pouvoir d’achat des français ? A-t-on fait reculer le chômage en relançant la croissance ? …

Sur toutes ces questions et tant d’autres les réponses sont négatives, nous n’ignorons pas la situation dans laquelle la France était au début du mandat, mais nous ne pouvons accepter la résignation et l’échec de notre parti au pouvoir dans de trop nombreux domaines.

Par ce courrier nous t’informons de notre décision « à contre cœur » de démissionner du Parti Socialiste pour plusieurs raisons que nous souhaitons préciser ci-dessous.

Après plus de 10 années de militantisme, nous rendons notre carte d’adhérent car nous ne reconnaissons plus le parti qui nous a donné l’envie de nous battre pour le retour du progrès social et la lutte contre toutes formes d’inégalités.

Nous tenons à souligner que nous n’oublions pas les bons moments passés de la création de l’antenne locale du MJS à la campagne victorieuse de 2012.

Malheureusement, depuis 2012, le gouvernement et sa majorité ont mis en place une politique à contresens des engagements pris lors du discours du Bourget par le candidat Hollande. Nous avons, à de trop nombreuses reprises avec plusieurs camarades, dénoncé nos reniements ou les lois économiquement néfastes pour notre pays : le TSCG, l’ANI, la réforme des retraites, le pacte de responsabilité, la loi Macron, la déchéance de nationalité et récemment le projet de la loi travail. Toutes ces lois libérales et sécuritaires n’ont fait qu’accentuer les inégalités et la précarité, diviser la gauche et les français, avec des résultats économiques proches du néant.

Cette politique est celle de 5 % du peuple de gauche, d’une dizaine de députés au service du « maillon faible » de la gauche : Manuel Valls

 

Voici les 4 raisons principales de notre démission :

  • Un désaccord politique fort avec le logiciel économique libéral du gouvernement qui favorise le productivisme et la société de surconsommation en accompagnant la mondialisation et « l’ubérisation » au détriment des salariés et de notre planète.
  • Un désaccord avec la « méthode » politique, qui consiste à faire un programme « à gauche » pour se faire élire, puis gouverner à l’opposé de ce programme, dévalorisant un peu plus la parole politique.
  • La complaisance du Parti Socialiste national et local à l’égard de la politique du gouvernement en évitant le débat interne pour une soi-disant fidélité à « la seule politique possible et moderne ».
  • Notre refus catégorique de participer aux campagnes électorales de 2017 pour soutenir une politique et des candidats « au passif lourd » au moment du bilan et donc disqualifiés pour représenter la gauche l’année prochaine ainsi qu’attendre une éventuelle primaire où le/la candidat (e) des médias et des sondages serait désigné.

Le peuple se détourne de la politique (par l’abstention ou l’extrême droite) et des étiquettes, fatigué par ce cirque médiatique où le ressenti généralisé est que nos élus nationaux pensent plus à leur propre avenir et celui de leur parti pour conserver leurs mandats, leurs indemnités qu’à l’intérêt général et les conditions de vie des français. Les citoyens ne se sentent plus écoutés et représentés. Nous ne votons plus pour mais contre. Les partis politiques sont soit incapables soit dangereux pour changer de modèle de société et sortir des crises actuelles.

La « peopolisation » de la politique, les réseaux sociaux, et les médias montrent souvent leurs limites en nous vendant « la star politique » du mois bien souvent éphémère ! Non à la personnalisation de la politique !

Pour conclure nous pensons que le système économique et sa financiarisation sont à bout de souffle, seuls les pays innovants et précurseurs s’en sortiront lors de la prochaine crise. La prise de conscience est indispensable et la France doit se tourner vers l’écosocialisme pour protéger le peuple et la planète.

Le système politique actuel est dépassé, nous souhaitons une 6ième République avec des outils modernes pour faire vivre la cité : vote révocatoire, assemblée de citoyens, non cumul des mandats dans le temps, encadrement des indemnités, vote obligatoire, proportionnel à l’élection législative, République parlementaire et citoyenne, démocratie participative …

Enfin nous ne démissionnons pas pour « une autre écurie », nous nous tournons comme de nombreux français et cantaliens vers l’associatif et les rassemblements citoyens qui sont plus stimulant que le système politique actuel qui oblige un grand nombre de militants à renier leurs propres convictions pour plaire « aux barons ». La perte de nombreux militants dans tous les partis appuie la réalité de nos propos.

Nous réfléchissons tout de même à la « meilleure » solution pour soutenir nos idées et nos convictions aux élections de 2017 avec plusieurs sympathisants déçus du mandat en cours.

Nous partons pour être en accord avec nous-même, avec nos convictions socialistes pour éviter le reniement, et la « schizophrénie » en attendant que « le soleil se lève de nouveau sur la gauche et la politique ! »

 

Amitiés socialistes,

Denis GOUTEUX

Franck REY

2 Commentaires

  1. Escoffier

    Décisin courageuse, car le saut dans l’inconnu est difficile.
    LA question maintenant est de regrouper les déçus de ce mandat. Renverser le système est une lourde tâche et le incantations ne suffiront pas.

    Répondre
  2. Pingback: La NGS apporte son soutien à Jean-­Luc Mélenchon : Le candidat de la raison ! - Parti de Gauche 68

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *